Retour à la Home
 

 

BULLETIN N° 37 Novembre 2010

Rapport Moral par JB Mathieu
(dimanche 21 novembre 2010)
Quinzième AG

Chers amis,

C’est notre quinzième Assemblée Générale et c’est un moment important pour la vie de l’Association, du fait de 2 changements majeurs dans notre histoire commune et des nouvelles orientations sur lesquelles nous aurons à nous prononcer.

Tout d’abord, il y a bien sûr le procès en appel qui commence demain.
Depuis bien longtemps, ce sont les épisodes judiciaires qui nous ont imposé leur rythme -à notre corps défendant. Vous vous rappelez les étapes et l’analyse que nous avons fait du premier procès : nous sommes convaincus d’avoir été manipulés du début à la fin, d’avoir été des pions dans un scénario écrit par le Parquet.

On a joué sur le besoin que nous avions tous de nous épancher, de parler d’eux, de leur rendre hommage... et aux yeux des promoteurs du système, nous aurions dû sortir guéris et soulagés de cet exercice. Ajoutez à cela des procureurs bien déférents, des juges assoupis, et des experts versés dans l’art du bonneteau... il n’y avait guère de chances de gagner ce premier procès. Nous souhaitons de tout coeur qu’il en aille différemment aujourd‘hui. C’est maintenant la dernière étape, pour laquelle nous avons pu compter sur un renfort précieux avec Rémy Louis pour décortiquer tout ce que le procès de 2008 avait laissé dans l’ombre. C’est aussi l’occasion de remercier Alain Guillemet et Philippe Mériaux, aidés de Michel Laborde, qui vont à nouveau être mobilisés pendant toutes les audiences pour mettre en ligne le compte-rendu détaillé des audiences, pour ceux qui ne pourront pas assister au procès. On sait la somme de travail et d ‘attention que cela représente.

Ensuite, il y a cet espoir bien réel dont personne n’ose parler, mais qu’il faut évoquer : pas de nouveau cas depuis 20 mois...Personne n’osera prétendre que tout est fini, par crainte d’être aussitôt démenti, mais nous pouvons dire haut et fort que nous voulons y croire de toutes nos forces.
Du fait de cette nouvelle situation, les objets principaux de l’association – poursuites judiciaires et accueil des familles des nouveaux cas- ne sont plus d’actualité et nous devons réfléchir au futur de notre organisation.

Nous avons envisagé pour l’instant trois pistes, mais nous restons à l’écoute des adhérents, pour connaître leur point de vue et leurs suggestions, car ce sont eux qui au final devront décider :

1ère possibilité : tout simplement dissoudre l’Association, quitte à nous retrouver de temps à autre dans un cadre non formel et non régi par des statuts.

2ème possibilité : recentrer l’action exclusivement sur les personnes exposées, bien mieux que nous ne l’avons fait jusqu’ici. Nous en sommes désespérément restés au niveau des bonnes intentions et des belles déclarations depuis des années... à l’évidence, si cette voie est choisie, il faut changer de fond en comble le CA et le Bureau pour y faire entrer les personnes qui vivent dans leur chair la menace de la maladie. Eux seuls sont habilités à conduire ce changement.

3ème possibilité : dans l’esprit de l’ISA- CJD (« International Support Alliance »), à laquelle nous avons adhéré, nous reconvertir en association de soutien aux victimes de la MCJ, pour aider les malades et leurs familles, faire connaître la maladie, en bref devenir un relais non médical auprès de l’Administration et des médecins. C’est un travail militant d’envergure pour qui souhaite s’investir au service de la communauté, travail bien nécessaire pour lequel -malheureusement- nous avons acquis une certaine expérience.

Les deux dernières possibilités ne sont d’ailleurs pas exclusives l’une de l’ autre et les adhérents sont invités à y réfléchir dès que possible et à nous faire par de leurs souhaits.

Je voudrais conclure encore une fois en remerciant tous ceux qui se sont dévoués tout au long de l’année pour faire vivre l’association, pour solliciter des fonds, pour lancer des initiatives, pour s’occuper du secrétariat ou de la publication et de la diffusion des bulletins, sans oublier les adhérents qui depuis si longtemps nous soutiennent avec une fidélité sans faille, sans jamais se décourager.
Sans eux, il y a belle lurette que nous aurions baissé les bras. Du fond du cœur, merci !